accueil



 
 
 
 
 
   

Historique du projet

 
     

Dans les années 80, BirdLife International et l’International Wetlands Research Bureau (IRWB –Bureau international de recherche sur les zones humides) ont identifié, pour le compte de la Commission des Communautés européennes et du Conseil de l’Europe, un ensemble de sites importants pour la protection d’espèces sensibles en Europe. Bien que restées relativement confidentielles, ces analyses scientifiques ont été d’une grande utilité pour la planification et la conservation, en particulier dans le contexte de la Directive 79/409/CEE sur la conservation des oiseaux sauvages.

 

carte zico ibaConvaincu de la puissance de cet outil de conservation, BirdLife International a commencé la collecte, puis la diffusion des données ornithologiques nécessaires à l’identification des sites les plus importants pour l’avifaune sur l’ensemble du continent européen. La publication, en 1989, de cette analyse dans un livre intitulé "Important Bird Areas in Europe" a marqué la naissance des Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux (ZICO ou IBA – Important Bird Areas).

Cette démarche reconnue a été étendue au reste du monde, d’abord au Moyen-Orient (parution de l’annuaire des sites en 1994), puis en Afrique (2001) ainsi qu’en Asie et sur le continent américain. A l'échelle de chacune de ces régions, les analyses nationales sont confiées au partenaire local de BirdLife International.

En 2000, à l’exception de l’Australie, aucun pays de la région Pacifique n’avait achevé la délimitation d'IBA. Soucieux de ce retard, BirdLife International a, avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), son partenaire français et la SCO, proposé à la Commission Européenne de financer un projet intitulé « Gestion durable des sites importants pour la biodiversité dans le Pacifique ». Au cours de ce processus, le 16 novembre 2001, la Société Calédonienne d’Ornithologie (SCO) est devenue le représentant officiel de BirdLife International en Nouvelle-Calédonie et par conséquent l’interlocuteur principal de BirdLife International pour le projet IBA en Nouvelle-Calédonie.

 

BirdLife International FidjiCet engagement a porté ses fruits car, fin 2002, la Commission Européenne et Darwin Initiative ont décidé de financer le projet à hauteur de 230 millions de francs Pacifique (1,92 million d’euros). Le projet doit durer cinq ans et concerne l’ensemble du Pacifique même si, par l’emploi de personnel, l’accent est mis sur Fidji, Palau, la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie. Dans ce dernier Territoire, il est prévu que le projet dure deux ans et bénéficie d'une subvention de 22 millions de francs Pacifique (184 000 euros).

La SCO a unanimement accepté son rôle de maître d’œuvre local le 16 avril 2003. Le projet a été construit de manière à ce que les acteurs locaux de la protection de l’environnement y collaborent pleinement grâce à leur implication dans le Comité Directeur. Cet organe s’est constitué à l’issue d’une réunion de présentation du projet à la Fédération des Œuvres Laïques de Nouméa, le 10 juillet 2003. La SCO et le Comité Directeur ont recruté Jérôme Spaggiari au poste de Responsable du projet IBA en Nouvelle-Calédonie le 19 octobre 2003. Ce dernier, aprés avoir suivi une formation d’une semaine sur le Projet IBA, a pris ses fonctions le 16 février 2004.